De la carte stéréographique à la vidéo numérique, via le vertige du cinématographe. : Une analyse de The Discovery 2008 de Ken Jacobs.Report as inadecuate




De la carte stéréographique à la vidéo numérique, via le vertige du cinématographe. : Une analyse de The Discovery 2008 de Ken Jacobs. - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 IRCAV - IRCAV - Institut de Recherche sur le Cinéma et l-Audiovisuel - EA 185

Résumé : Depuis 1999, Ken Jacobs, l-un des cinéastes « d-expérimentation » les plus passionnants de la deuxième moitié du XX e siècle, se consacre à une recherche unique et prodigieusement novatrice avec les moyens numériques, laquelle donne lieu à une production foisonnante et malheureusement assez méconnue. Parmi les très nombreux films qu-a réalisés le cinéaste ces quinze dernières années, nous pouvons distinguer en gros trois grandes tendances, ou « séries » : la première comprend les films faits à partir du remploi de photographies stéréoscopiques du début du XX e siècle ; la deuxième, ceux faits à partir de photos personnelles, de famille ou autres ; la troisième correspond à des « rééditions » de performances préalablement créées par lui. Un aspect relie pourtant les trois groupes : la reprise et adaptation du principe d-Eternalism. Ce procédé, qui se trouve au coeur de ses performances Nervous System depuis les années 80, et qu-il fera breveter, consiste en un affichage rapide et alterné de deux images presque identiques, intercalé avec des moments de noir, visant à provoquer l-illusion de la troisième dimension tout en créant un « mouvement maintenu ». Invention suprême, le procédé s-avère également un concept, qui vient nouer les principales préoccupations et obsessions du cinéaste, notamment avec la perception.

Mots-clés : Cinéma expérimental Ken Jacobs Perception Vidéo numérique Stéréoscopie





Author: Tatiana Monassa -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents