Savoir et connaissance dans la perspective de la transposition didactiqueReportar como inadecuado




Savoir et connaissance dans la perspective de la transposition didactique - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 UNIGE - Université de Genève

Résumé : Recadrage de la distinction savoir-connaissance selon que l’on adopte le point de vue de la connaissance, ou celui du savoir. Le deuxième volet partie B : Transposition de savoir et Transposition didactique reprend en le précisant l’exposé de 1990 « Un grain de sel à propos de la Transposition Didactique »

Approfondissement des relations que ces définitions entretiennent avec celles des théorisations de Y. Chevallard anthropologie des savoirs, en particulier sur le fait que là où les didacticiens ne considèrent que deux termes: connaissance - savoir, je propose pour ma part d’en distinguer 3 : connaissance - savoir - savoir institué.Ayant montré dans ma thèse que les élèves pouvaient êtres agents dans le processus de transposition didactique par le jeu des régulations en classe, il devenait important de bien comprendre les relations entre le cognitif et le didactique. Je pense que c’est au niveau du concept de situation que réside la jonction. En 1942, H. Wallon écrivait déjà : « L’objet de la psychologie peut être, au lieu de l’individu, une situation ». Mais prendre en compte en plus du sujet la situation, nous oblige à définir leurs rapports. Cet objet particulier qu’est la connaissance relève bien entendu d’une interaction entre un sujet et une situation. Selon J. Piaget, c’est l’activité du sujet qui est au centre de cette interaction, puisque c’est par elle que se structure la situation. Pourtant une situation peut induire et canaliser la connaissance d’un sujet, et c’est bien sûr cette propriété que repose tout enseignement. La perspective psychologique n’apporte donc pas une réponse suffisante pour qui s’intéresse aux problèmes didactiques. C’est pourquoi je propose que l’on distingue le cas où le contrôle de la relation sujet-situation se trouve du coté de la situation, ce sera l’ordre de la connaissance, du cas où ce contrôle se trouve du côté du sujet et de la représentation, ce sera alors l’ordre du savoir. Si les processus cognitifs relèvent de l’adaptation du sujet à la situation et de l’équilibration des structures cognitives, le savoir est de l’ordre de l’utilité des connaissances pour transformer les situations. On dira par exemple, que l’enjeu de toute dévolution didactique est d’instaurer, pour l’élève, un rapport de savoir à la situation.Ainsi, la thèse développée dans cet essai théorique est que l’ordre de la connaissance n’est pas identique à l’ordre du savoir. Je montre ensuite comment la définition adoptée mène au concept de transposition des savoirs, puis comment toute entreprise d’étude de la connaissance procède aussi d’une transposition de savoirs ; je décris les rapports entre savoir et connaissance, puis la transposition des savoirs et enfin la transposition didactique. Je m’arrête à l’orée d’une nouvelle distinction : celle qui, voyant au-delà de la situation une institution, sépare savoir et savoir institué. Mais de ce savoir là, il en a déjà beaucoup été question dans le dernier numéro de RDM n°12-1.

Mots-clés : modèle transposition de savoir situation mathématiques didactique connaissance savoir savoirs institués transposition didactique théorie interaction didactique





Autor: François Conne -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados