Les dimensions collectives de la qualité de vie au travailReportar como inadecuado




Les dimensions collectives de la qualité de vie au travail - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 IDHE - Institutions et Dynamiques Historiques de l-Economie

Résumé : Bien être, motivation, satisfaction, plaisir, qualité de vie, etc. Différents termes tentent de saisir le rapport que les salariés entretiennent avec leur travail. La motivation est souvent décrite comme « l-énergie » investie par l-individu dans son action, la réalisation de ses objectifs, tandis que la satisfaction résulte de la façon dont ses « attentes » sont comblées ou non. Le bien-être met en avant une perception plus subjective de la situation alors que le plaisir renvoie à une lecture psychanalytique qui en fait une sublimation de la souffrance grâce à la reconnaissance (favorable à la construction identitaire) des efforts fournis pour combler les écarts entre le prescrit et le réel. La qualité de vie au travail, enfin relève d-une double logique : gestionnaire (dans la continuité des « démarches qualités » visant à fournir des référentiels pour l-évaluation et la certification) et de compromis dans le dialogue social entre les représentants des salariés (qui souhaitent que le travail ne porte pas atteinte à la santé) et les employeurs (qui cherchent à passer d-une obligation de résultat-préserver la santé-à une obligation de moyens plus positive : passer de la souffrance aux conditions du bien être). L’objet de cet article est de montrer comment la qualité de vie au travail, le sentiment de bien-être au travail, l’ambiance au travail, sont des constructions sociales locales, spontanées et fragiles. L’intérêt du travail, les relations sociales, le sentiment de pouvoir être fier de son travail ou que les conditions de travail sont acceptables dépendent largement du sens qui est donné aux activités et aux efforts dans l’actions, à la façon dont sont définis par le groupe de travail les objectifs de l’activité, le « beau travail », la « véritable » mission ou le « cœur de métier ». A partir d’un exemple sur la fabrique du sens dans un collectif de travail (1) cet article souligne comment le cadrage des activités – à travers le job crafting et les répertoires communs d’action – est avant tout un travail collectif effectué spontanément par les salariés quand l’organisation le permet (2), tout comme l’instauration d’une bonne ambiance de travail ou l’échange de plaisanteries (3).

Mots-clés : collectif coping sens travail bien-être humour





Autor: Marc Loriol -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados