« Interpréter les noms déverbaux : quelle relation avec la structure argumentale du verbe de base Le cas des noms en –oir(e) du françaisReportar como inadecuado




« Interpréter les noms déverbaux : quelle relation avec la structure argumentale du verbe de base Le cas des noms en –oir(e) du français - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 SFL - Structures Formelles du Langage 2 MoDyCo - Modèles, Dynamiques, Corpus 3 ATILF - Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française

Résumé : Cet article présente une étude des noms déverbaux en OIR du français qui désignent des entités (lavoir, baignoire, tiroir) en les abordant du point de vue de leur formation par la morphologique constructionnelle. L-objectif est de déterminer si l-interprétation de ces noms est une fonction prédictible de la règle de nominalisation et si elle dépend des propriétés du verbe de base, comme on a pu l-observer pour d-autres nominalisations ou si d-autres paramètres entrent en jeu. L-étude est menée sur un corpus original d-une grande envergure qui rassemble tous les noms déverbaux en OIR du TLF auxquels s-ajoute un corpus tout aussi conséquent de néologismes recueillis sur la Toile. L-analyse est menée sur deux fronts dont on évaluera l-interaction : l-identification de l-interprétation des noms déverbaux en OIR et la mise au jour des propriétés aspectuelles, argumentales et syntaxiques des verbes de base. Les résultats auxquels nous aboutissons au terme de la recherche montrent que ces déverbaux bien qu-ils présentent des propriétés interprétatives centrales et périphériques comme d-autres nominalisations s-en distinguent par l-absence de régularité observable entre la structure argumentale du verbe de base et l-interprétation du dérivé. A l-inverse, nous montrons que la règle de formation de ces noms met en œuvre deux contraintes : (1) le dérivé en OIR s-identifie à un participant au scénario impliqué par le prédicat verbal de base (le lieu ou l-instrument) qui n-est pas prévu dans la structure argumentale de celui-ci : on y reconnaît un ajout syntaxique ; (2) le type sémantique de cet ajout est corrélé à la transitivité du verbe de base : les verbes transitifs privilégient la modification par un ajout instrumental, alors que les verbes intransitifs servent préférentiellement de base à des noms en OIR modifieurs locatifs.

Mots-clés : morphologie lexématique dérivation nominalisation déverbaux suffixation en -oir structure argumentale





Autor: Florence Villoing - Fiammetta Namer -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados