Etude du rayonnement diurne émis à 557,7 nm et 630,0 nm par latome doxygènedans la thermosphère de la Terre : analyse de données satellite et modélisation numériqueReportar como inadecuado




Etude du rayonnement diurne émis à 557,7 nm et 630,0 nm par latome doxygènedans la thermosphère de la Terre : analyse de données satellite et modélisation numérique - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 LPG - Laboratoire de Planétologie de Grenoble

Abstract : The main goal of this thesis is to analyse the diurnal airglow which appears in the Earth-s thermosphere, and more specifically the atomic oxygen emissions green line at 557.7 nm and red line at 630.0 nm. This study involves a statistical analysis of the measurements of the WINDII interferometer, which allows to quantify the influence of the solar flux and magnetic activity on this airglow.It appears that the intensity and altitude of both emissions increase quasi-linearly with solar flux. It is also shown that when magnetic activity increases, the intensity of the 557.7 nm thermospheric peak decreases, and the red line intensity is almost constant. This study also allowed to reproduce qualitatively and quantitatively those statistical results in usingthe TRANSCAR ionosphere model, which proves that the involved physical phenomenon are well understood.

Résumé : L-objectif principal de ce travail de thèse est d-analyser les phénomènesde luminescence diurne qui apparaissent dans la thermosphère terrestre, etplus particulièrement les émissions de l-oxygène atomique raie verte à 557,7 et raie rouge à 630,0 nm. Cette étude met en oeuvre une analyse statistique des mesures de l-interféromètre WINDII qui permet de quantifier l-influence du flux solaire et de l-activité magnétique sur le rayonnement.Il apparaît que l-intensité et l-altitude des deux émissions augmentent quasi-linéairementavec le flux solaire.Nous montrons également que lorsque l-activité magnétique augmente, l-intensité du pic thermosphérique de la raie verte diminue, alors que l-intensité de la raie rouge restequasiment constante.Cette étude a également permis de reproduire qualitiativement et quantitativementces résultats statistiques en utilisant le modèle d-ionosphère TRANSCAR, ce qui montre que les phénomènes physiques mis en jeu sont bien compris.

Mots-clés : Ionosphère Thermosphère Météorologie de l-éspace Rayonnement





Autor: Frédéric Culot -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados