en fr Screening for gynecologic cancers in general practice Variability in care practices Dépistages des cancers gynécologiques en médecine générale - Variabilité des pratiques de soins Reportar como inadecuado




en fr Screening for gynecologic cancers in general practice Variability in care practices Dépistages des cancers gynécologiques en médecine générale - Variabilité des pratiques de soins - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 CESP - Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations

Abstract : Currently gynecologists are the healthcare professionals most involved in screening for gynecologic cancers in France, but general practitioners, who see the entire population, are best placed to provide preventive care equitably and to all.The aim of this work was to understand the variability in practices of screening for gynecologic cancers by Pap smears and mammography among women seeing general practitioners, especially as a function of the patient-s social position and the organization of their doctor-s office.It was included as part of a study conducted in 2005-06 of the principal types of preventive care for adults of both sexes. Over a two-week period, this study included all consecutive patients aged 50-69 years seen by 59 randomly drawn general practitioners in the Paris metropolitan region participation rate of general practitioners: 39%. Data were collected from the patients by telephone and from the physicians in face-to-face interviews in their office. Most of the analyses were performed with mixed logistic models with a random intercept to take the hierarchical structural of the data into account.Overall, 66.7% of the eligible patients n=4106 participated in the study; this rate did not differ by sex.Social inequalities were observed even among women who use the health-care system, but only for the Pap smear n=858. A gradient with screening lowest at the bottom of the social hierarchy was observed for occupation relative index of inequality = 2.3, educational level RII = 2.0, and income RII = 3.0. Analysis of the contributions to these gradients of diverse dimensions of social position housing, neighborhood, household wealth, employment status, social relations, and health insurance showed that household wealth, neighborhood characteristics, and type of health insurance explain between 20 and 60% of these inequalities.General practitioners- investment in screening seems limited, as shown by the rates of information in the medical files about the date of the last Pap smear 23% or the last mammography 38%. Physicians appear to keep this information better for women at the bottom of the occupational hierarchy and women whom they know are not seeing a gynecologist.The organization of doctors- consultations appeared central in our survey. Patient participation in this study was best among the physicians who offered appointments for consultations OR = 2.12 for male patients and 3.38 for the women. This organization also appeared to play a role in care practices: physicians with shorter consultations were less involved in screening for breast cancer n=898, OR = 0.65. These organizational aspects explained approximately a quarter of the variability of practices between physicians.These results should encourage general practitioners to spend more time in screening for gynecologic cancers and perhaps to modify the organization of their practice. This study, at the intersection between research in general practice and in social epidemiology, leads to a discussion about the different strategies for analysis of data from patients followed over the long-term by healthcare professionals. It also opens up perspectives for interventions to reduce social inequalities in patient lists.

Résumé : Actuellement les gynécologues sont en France les professionnels de santé les plus impliqués dans le dépistage des cancers gynécologiques, mais les généralistes, qui voient l’ensemble de la population, sont les mieux placés pour dispenser des soins préventifs à tous et de façon équitable.Ce travail visait à comprendre la variabilité des pratiques de dépistage des cancers gynécologiques par le frottis cervico-utérin et la mammographie chez les femmes consultant en médecine générale, en fonction notamment de la position sociale des patientes et de l’organisation du cabinet de leur médecin.Il s’intègre dans une étude menée en 2005-06 sur les principaux soins préventifs destinés aux adultes des deux sexes. Sur une période de deux semaines, toutes les patientes de 50 à 69 ans de 59 généralistes franciliens tirés au sort taux de participation des généralistes : 39 % ont été incluses au fil des consultations. Les données ont été recueillies auprès des patients par téléphone et auprès des médecins en face-à-face à leur cabinet. L’essentiel des analyses a été réalisé avec des modèles logistiques mixtes à intercept aléatoire pour tenir compte de la structure hiérarchique des données.Au total, 66,7 % des patients éligibles n=4106 ont participé à l’étude, sans différence selon le sexe des patients.Même parmi des femmes utilisant le système de santé, on observe des inégalités sociales, mais uniquement concernant le frottis n=858. Un gradient de dépistage défavorable au bas de la hiérarchie sociale existe pour la profession indice relatif d’inégalité = 2,3, le niveau d’études IRI = 2,0 et les revenus IRI = 3,0. L’analyse des contributions à ces gradients de diverses dimensions de la position sociale logement, quartier, richesse du foyer, statut vis-à-vis de l’emploi, relations sociales et assurance santé montre que la richesse du foyer, les caractéristiques du quartier et le type d’assurance santé expliquent entre 20 et 60 % de ces inégalités.L’investissement des généralistes dans le dépistage semble restreint comme en témoignent les taux de renseignement d’une date de dernier frottis ou de dernière mammographie dans les dossiers médicaux 23 % pour le cancer du col utérin et 38 pour le cancer du sein. Les praticiens semblent mieux renseigner les dossiers des patientes du bas de la hiérarchie professionnelle et les dossiers des femmes dont ils savent qu’elles ne sont pas suivies par un gynécologue.L’organisation des consultations apparaît centrale dans notre enquête. La participation des patients à l’étude était meilleure parmi les médecins proposant des consultations sur rendez-vous OR = 2,12 pour les patients hommes et 3,38 pour les femmes. Cette organisation jouerait aussi sur les pratiques de soins : les médecins ayant des consultations plus courtes s’impliquent moins dans le dépistage du cancer du sein n=898, OR = 0,65. Ces aspects organisationnels permettent d’expliquer environ un quart de la variabilité des pratiques entre les médecins.Ces résultats devraient inciter les généralistes à investir davantage les dépistages des cancers gynécologiques et peut-être à opérer des changements organisationnels. Ce travail, au croisement de la recherche en médecine générale et de l’épidémiologie sociale, a fait émerger une réflexion sur l’analyse de données provenant de patients suivis sur le long cours par des professionnels de santé. Il ouvre aussi des perspectives sur la mise en place d’interventions pour réduire les inégalités sociales observées dans les patientèles.

en fr

Keywords : Mixed model Organization of professional practices Social inequalities in health General practitioners Screening gynecologic cancers

Mots-clés : Modèle mixte Organisation des pratiques professionnelles Inégalités sociales de santé Médecine générale Dépistage des cancers gynécologiques





Autor: Laurent Rigal -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados