Genetically modified organisms: consequences for ruminant health and nutritionReportar como inadecuado




Genetically modified organisms: consequences for ruminant health and nutrition - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.



Abstract : Many of the plants eaten by farmed ruminants are capable of being genetically modified, and may in the future be modified for nutritional, agronomic or industrial purposes. Techniques are also becoming available for genetic modification of silage and ruminal bacteria. Those working in agricultural biotechnology have a clear responsibility to detect and avoid any unintended or undesirable consequences of such modifications, whether direct or indirect, upon the animal, the consumer and the environment. One of the most general concerns that has been expressed is the possibility for onward transfer of modified gene sequences to gut microorganisms or host cells. Rare acquisition of diet-derived DNA fragments cannot be ruled out, but if this occurs, it must have also occurred throughout mammalian history. The possible impact of genes not normally present in ruminant diets must, however, be considered. Discussion of the use of antibiotic resistance markers in transgene constructs must take into account the wider debate on the likely impact of antibiotic use in animal agriculture on the spread of antibiotic resistant bacteria. There is increasing evidence that overuse of antibiotics has lead to extensive transfer of antibiotic resistance genes between bacteria from the human and animal gut. In general this is likely to have a far greater impact than any rare transfer events involving resistance genes passing from transgenic plants to microbes. Our rapidly improving ability to use sophisticated molecular approaches to predict and track the consequences of genetic modification will help to ensure safe application of GM technology in agriculture in the future.

Résumé : Organismes génétiquement modifiés : conséquences pour la santé et la nutrition des ruminants. La plupart des plantes actuellement consommées par les ruminants d-élevage peut être - ou est déjà - manipulée génétiquement, et il est probable que ces plantes seront encore modifiées dans le futur pour améliorer leurs propriétés nutritionnelles, agronomiques ou technologiques. Par ailleurs, il est maintenant techniquement possible de modifier génétiquement les ferments d-ensilage ou les bactéries du rumen. Les chercheurs impliqués dans ces biotechnologies doivent donc être capables de détecter et empêcher toute conséquence indésirable et préjudiciable, qu-elle soit directe ou indirecte, pour l-animal, le consommateur et l-environnement. Une des principales préoccupations concerne la possibilité de transfert des transgènes aux microorganismes du tube digestif ou à l-hôte. La possibilité d-intégration de fragments d-ADN présents dans l-alimentation ne peut pas être complètement exclue ; même si cet événement ne peut être qu-extrêmement rare, ce phénomène a pu se produire tout au long de l-évolution des mammifères. L-impact de gènes qui ne sont pas habituellement présents dans l-alimentation des ruminants doit être pris en compte. La discussion sur l-utilisation de gènes de résistance aux antibiotiques comme marqueurs des transgènes doit intégrer le débat plus large de l-impact de l-utilisation des antibiotiques en alimentation animale sur l-accroissement des bactéries résistantes aux antibiotiques. En effet, un nombre croissant de résultats suggère que l-utilisation exagérée d-antibiotiques a conduit à un transfert de gènes d-antibio-résistance entre les bactéries du tube digestif de l-homme et de l-animal. De façon générale, un tel transfert de gènes est susceptible d-avoir un impact beaucoup plus important que le peu probable transfert de gènes de résistance des plantes transgéniques aux microorganismes. Les rapides progrès dans l-utilisation d-approches moléculaires sophistiquées pour prédire et suivre les conséquences des modifications génétiques contribueront à l-avenir à une utilisation plus sûre du génie génétique en agriculture.

Mots-clés : GMO ruminant nutrition gene transfer-OGM rumen nutrition des ruminants transfert de gènes





Autor: Evelyne Forano Harry Flint

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados