Jalons pour une sociohistoire des ingénieurs coloniaux au MaghrebReportar como inadecuado




Jalons pour une sociohistoire des ingénieurs coloniaux au Maghreb - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 IREMAM - Institut de Recherches et d-Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Abstract : L’apparition de la figure de l’ingénieur « moderne » au Maghreb est liée à l’ambition modernisatrice d’États confrontés à l’expansionnisme des puissances européennes et son corollaire, la colonisation. Ladite figure est née en Afrique du Nord dans la première moitié du XIXe siècle. Les souverains tunisiens d’abord, et marocains ensuite, ont fait appel à des experts étrangers pour mettre en place les réformes administratives et techniques qui devaient leur permettre de rivaliser avec l’Europe conquérante. Mais in fine, ces efforts de modernisation se sont révélés insuffisants pour empêcher la France coloniale de prendre pied en Tunisie, puis au Maroc, après avoir colonisé l’Algérie à partir de 1830. Avec la perte de souveraineté du Maghreb, à l’ingénieur réformateur succédera l’ingénieur colonial. En fait, la colonisation a été un frein au développement de la profession dans la mesure où à l’industrialisation des pays conquis n’a jamais été un objectif du colonisateur. Aussi la figure de l’ingénieur colonial français a-t-elle été principalement incarnée par celles de les ingénieurs agronome et des travaux publics, alors que les élites locales étaient largement écartés de l’exercice des professions scientifiques et techniques.

Résumé : The emergence of the image of -modern- engineer in North Africa is linked to the modernizing ambition of states confronted with European powers’ expansionist policies and accompanying colonial activities. Consulting, or -reform-, engineers first appeared in North Africa in the first half of thenineteenth century at the invitation of the Bey of Tunis. The Moroccans soon followed suit. Expert missions consisted in designing and implementing administrative and technical reforms which would allow them to compete with the triumphant Europe. The French, whose conquest of Algeria began in 1830, were undeterred and the Tunisian and Moroccan modernization efforts proved insufficient in preventing the establishment of French colonialinterests in the two countries. The loss of sovereignty in the Maghreb led to replacement of the -reform engineer- by the -colonial engineer-. Colonization, in fact, slowed the development of the profession, as the industrializationof the conquered countries was never the aim of the colonial powers. It should also be noted that the Corps of Colonial Engineers consisted mainly of agronomists and civil engineers engaged in public works, both mainly of French origin, while local technical elites were generally excluded from scientific and technical missions.

Mots-clés : Maghreb ingénieur colonisation réformisme agronomie formation





Autor: Eric Gobe -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados