Cinéma dans les journaux, journalisme au cinéma La censure de Razzia sur la chnouf et la représentation des stupéfiants dans la presse française des années 1950Reportar como inadecuado




Cinéma dans les journaux, journalisme au cinéma La censure de Razzia sur la chnouf et la représentation des stupéfiants dans la presse française des années 1950 - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 IRCAV - IRCAV - Institut de Recherche sur le Cinéma et l-Audiovisuel - EA 185

Abstract : While Razzia sur la chnouf Henri Decoin, 1955 bears all the characteristics of a typical French film noir of the 1950s, it also has a peculiar documentary quality that sets it apart from other productions of its time. Even while maintaining the usual mode of fictional narration, Decoin makes a point of showing the entire chain of drug production, distribution and consumption, with a clear intent to inform the public. Although the film shows drugs and traffickers in an entirely negative light, and its image of law enforcement is entirely positive, some of its documentary details were perceived as dangerous, and the film was partially censored. In order to fully understand the film-s message and the significance of its documentary elements, it must be placed in historical context. To do this, I compare the film-s portrayal of drug sales and use with contemporary press articles on the same subject. Most of the relatively few newspaper articles on the drug trade deal with isolated incidents; they never attempt the same type of broad exposé that we see in Razzia sur la chnouf. I speculate that despite the censorship of the film, drugs may have been kind of taboo topic that fiction cinema could in fact report on more freely than the traditional press, limited by a narrow, superficial conception of objectivity Niney 2009.

Résumé : Si Razzia sur la chnouf Henri Decoin, 1955 porte toutes les caractéristiques habituelles d-une adaptation de « série noire » des années 1950, il se distingue par une ambition documentaire tout à fait particulière. En effet, sans abandonner le mode narratif de la fiction, ce film s-efforce de montrer toute la chaîne de production, distribution et consommation de stupéfiants, avec une volonté claire d-informer le public. Bien qu-il dessine un portrait idéal des forces de l-ordre et un portrait tout à fait détestable des milieux de la drogue, certains détails documentaires dépassent les limites de ce que pourrait accepter la censure publique. Afin de mieux comprendre le discours du film et la signification de ses éléments documentaires, il faut les placer dans un contexte historique. À cette fin, je compare la représentation de l-univers des stupéfiants dans le film à la manière dont des articles de presse contemporains traitent ce sujet. La plupart des articles, assez rares, qui traitent de la drogue, abordent des faits divers isolés ; ils n-osent jamais un exposé aussi large que celui de Razzia sur la chnouf. Malgré la censure du film, il est bien possible que les stupéfiants aient constitué précisément le type de sujet tabou sur lequel le cinéma de fiction pouvait faire un reportage plus libre que la presse traditionnelle, limitée par une conception étroite et superficielle de l-objectivité Niney 2009.

en fr

Keywords : drugs censorship tabloid journalism

Mots-clés : stupéfiants police censure film noir faits divers





Autor: Daniel Morgan -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados