Entre théâtre et cinéma. Frontalité et paysage intermédial dans Radio Muezzin de Stefan KaegiReportar como inadecuado




Entre théâtre et cinéma. Frontalité et paysage intermédial dans Radio Muezzin de Stefan Kaegi - Descarga este documento en PDF. Documentación en PDF para descargar gratis. Disponible también para leer online.

1 CREG - Centre de Recherche et d-Études Germaniques

Résumé : Produit par le théâtre berlinois Hebbel am Ufer HAU et l’Institut Goethe d’Égypte, présenté le 5 décembre 2008 au Caire puis crée à Berlin HAU 2, où l’appel à la prière est interdit, en mars de l‘année suivante , Radio Muezzin, le spectacle du Suisse Stefan Kaegi, est l’un des plus remarquables donnés à Avignon en 2009 . D’une actualité brûlante. Pas seulement parce qu’il prête une voix à ces minarets dont une majorité de Suisses a approuvé l-interdiction lors des votations populaires du 29 novembre 2009. Aussi parce que, dans ce théâtre documentaire d-un genre nouveau, les questions politiques et idéologiques sont abordées de biais, sous l’angle de la technologie et de l’économie, les deux grands révélateurs de l’état du monde d’aujourd’hui.Les différentes actions scéniques procèdent d’une esthétique moderne renonçant à l‘artifice théâtral et reposant apparemment sur le principe d’une saisie immédiate du réel, sans transformations ou le moins possible. Sur des mouvements de réalité en quelque sorte. Mais sans aucune innocence. Dans une dramaturgie qu’on pourrait également qualifier de manière provocante « des Mille et Une Nuits », l’objectivité ne se donne à voir comme telle qu’à travers des choix subjectifs, ceux des narrateurs et surtout ceux du metteur en scène. La saisie directe n’est possible que dans la mise à distance. C’est cette stratégie formelle, cette manipulation, que S. Kaegi revendique comme éminemment théâtrale, car elle joue avec et sur les attentes du public, avec et sur sa « machine de contextualisation théâtrale ». L’acteur est d’abord le spectateur.Déterritorialisée et paradoxale, la théâtralité de Radio Muezzin « rattache à la scène le monde dans son expression directe » grâce à la vidéo qui permet « une extension maximale du champ du visible, dégage des horizons autrement inatteignables, procure des bonheurs visuels d’habitude interdits au théâtre, ce Faust des arts. » Dans cette pièce hors format, à la marge des pratiques et des catégories prédéfinies, le montage vidéo s’ajoute à l’environnement sonore chant coranique, grésillements de radio, bruitages et musique pour transformer l’espace du plateau en une scène ouverte, nomade, polycentrique.

Mots-clés : Théâtre et vidéo Intermédialité Scène déterritorialisée Docuthéâtre Stefan Kaegi





Autor: Hilda Inderwildi -

Fuente: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DESCARGAR PDF




Documentos relacionados